COUP DE PROJECTEUR sur une jeune chef d'entreprise que nous avons pu accompagner dans son projet de création d'un salon de tatouage à Amendeuix

Entretien avec Lilia SEILLAN, dirigeante de LILIA’S TATTOO

Pouvez vous nous parler un peu de votre parcours ?

Je suis tombée dans le dessin quand j’étais petite et j’ai toujours trouvé le tatouage fascinant. Après avoir exploré d’autres milieux (cabinets vétérinaires, animalerie et la Poste) j’ai finalement décidé de me concentrer sur ma passion : le dessin et le tatouage !

Quelles qualifications faut-il pour être tatoueur ?

Le métier de tatoueur n’est pas vraiment reconnu par l’état. Il n’y a que deux ou trois écoles en France mais les diplômes obtenus n’ont pas vraiment de valeur. La seule chose d’obligatoire pour exercer le métier de tatoueur est une formation Hygiène et Salubrité d’une vingtaine d’heures et bien souvent financée par le Pôle Emploi. Autrement, il faut trouver un tatoueur expérimenté qui accepte de nous prendre comme « apprenti » mais c’est bien souvent sans contrat officiel et sans rémunération.

Y a-t-il des effets de mode dans le tatouage ?

Oui, mais je ne sais pas si on peut vraiment parler de mode. Il y a énormément de styles différents (réaliste, traditionnel américain, japonais, new school, trash polka, néo traditionnel, tribal…) et tous se font actuellement. Pendant un temps, le tribal se faisait beaucoup et aujourd’hui c’est un style que de nombreux tatoués trouvent dépassé. 

Avez-vous une préférence de dessin, une spécialité ?

Oui, je préfère le réalisme et de loin ! j’aime beaucoup les portraits et les animaux. Mais je ne refuse aucun projet même si je ne connais pas très bien les codes des autres styles, ainsi que la signification des motifs (notamment pour le tribal polynésien où chaque symbole a une signification précise à l’instar des lettres japonaises).

A quels prix sont les tatouages, généralement ?

Le prix est très difficile à estimer. Il y a plusieurs facteurs qui entrent en jeu : l’ouverture du matériel, le lieu du shop, la réputation et l’expérience du tatoueur, la taille du projet, l’emplacement, le temps de travail et bien entendu le dessin en lui même. En effet on peut passer 4 h sur un dessin de 10x10cm et 4 h sur un dessin de 25x30cm, cela va dépendre de la complexité du motif et de la zone à tatouer. Il est plus simple de tatouer un mollet que la gorge. En général, le plus petit tatouage (une lettre, une étoile ou même un point) coûtera entre 60 et 100 € ; c’est ce qu’on appelle « la sortie de matériel » et ça peut monter à plus de 2000 € pour des manchettes complètes, le dos ou des jambes complètes. 

Comment choisir son tatoueur ?

Le style doit être le critère numéro un ! Aller voir un tatoueur spécialisé dans le traditionnel japonais et lui demander un tigre réaliste en noir et gris, c’est comme entrer dans un fast food et espérer manger un plat gastronomique avec entrée, plat, dessert et digestif. Il ne faut donc pas avoir peur des kilomètres et aller voir un artiste qui correspond au style que vous voulez.

Comment se déroule un tatouage ?

Généralement, avant de se faire tatouer, il y a eu plusieurs rendez-vous en amont afin de créer le dessin. Une fois le dessin validé, il est passé dans un thermo copieur pour créer un calque que je vais poser sur la peau à l’emplacement désiré. Vous obtenez un bref aperçu du rendu final. Il faut attendre un peu que le calque sèche et ne s’efface pas au premier coup de sopalin. Durant ce laps de temps, j’installe tout le matériel dont j’ai besoin pour tatouer. Cela permet aussi au client de voir que tout est bien stérile et neuf. Ensuite, la séance peut commencer. Le plus souvent je trace d'abord tous les contours et je viens ombrer ensuite. Je pose les noirs en premier, puis les ombres et enfin les couleurs. Il faut parfois plusieurs séances pour finir un tatouage. Une fois terminé, je pose un pansement et la phase de soins peut commencer.

Quels sont les soins après un tatouage ?

A la fin de la séance, je pose un pansement qu’il faut garder entre 2 et 6 h. Avec les mains propres, j’enlève le pansement et je lave le tatouage avec de l’eau à peine tiède et je frotte très doucement sans gants ni éponge avec un savon pH neutre. Il faut ensuite laisser sécher le tatouage à l’air libre ou tamponner légèrement avec un sopalin ou une serviette propre. Lorsque le tatouage est complètement sec, j’applique une crème cicatrisante, type Bépanthen ou Cycatril, délicatement en couche très fine et je refait le pansement deux ou trois fois par jours les 3 premiers jours. Il faut ensuite continuer les soins (lavage + crème) pendant 2 à 3 semaines. Durant la cicatrisation, il ne faut pas gratter et éviter les frottements. Je conseille donc des vêtements en coton. Durant cette période, il faut aussi éviter le soleil, les UV, les bains, la mer. Mais le tatouage s’entretient toute la vie. Il faut de temps en temps l’hydrater et surtout le protéger du soleil. 

Quel type d’encre utilisez-vous ?

Certaines encres sont 100% vegan et fabriquées à partir de pigments organiques. Mais toutes les encres de tatouages doivent être aux normes. J’utilise principalement deux marques réputées pour leur bonne tenue : Eternal Ink et Viking.

Peut-ton tatouer sur des cicatrices ?

Oui mais il faut faire très attention. Tout d’abord, il vaut mieux demander le feu vert d’un médecin. Ensuite, la peau étant déjà traumatisée, il est impossible de savoir comment elle va réagir avant de commencer à tatouer. C’est un travail délicat mais pas impossible.

Et pour enlever totalement un tatouage ?

Il est fréquent de regretter un tatouage et de ne plus pouvoir le voir. Pour remédier à cela, il y a deux options : le laser, ou le cover. Les séances de laser doivent être pratiquées par un dermatologue. Elles sont souvent très chères, douloureuses et il faut plusieurs séances afin d’atténuer le tatouage. En effet, le motif ne disparaît pas complètement, il reste souvent des séquelles comme des brûlures voir même des zones qui ne s’effacent pas. Autre option : le cover qui consiste simplement à recouvrir l’ancien tatouage par un nouveau tatouage. Cela reviendra peut-être moins cher que le laser. En revanche, pour qu’un cover soit efficace il faut bien souvent que le nouveau tatouage soit deux à trois fois plus grand que celui à recouvrir.

Pour vous contacter ?

Lilia’s Tattoo
Villa Romaine
165, Route de Sabrenia
64120 AMENDEUIX ONEIX
06 35 53 67 02
09 63 52 15 87

https://www.facebook.com/liliastattoo/
https://www.instagram.com/liliastattoos/